memento-asocs

MEMENTO

L’éventail des méthodes utilisables pour la réalisation d’études de marché pour le compte de l’Industrie Pharmaceutique n’a cessé, au fil des ans, de s’enrichir et de se diversifier. Ce « Mémento des Méthodes » constitue un tour d’horizon des principales approches actuellement utilisées dans ce domaine. Sa vocation principale est de donner une définition claire et consensuelle des principaux termes utilisés pour caractériser une approche donnée.
En corollaire, il devra permettre de résoudre les interrogations pouvant résulter de différentiels de prix constatés autour d’un projet donné, en conduisant à s’interroger sur la nature précise des moyens et compétences mis en œuvre. La pression intense qui s’exerce actuellement sur les prix ne doit pas avoir pour conséquence une baisse de qualité. Elle peut par contre être une source de réflexion sur le service rendu par les études et leur valeur ajoutée.

 

LES DIFFÉRENTS TYPES DE SUPPORTS D'ENQUÊTES QUANTITATIVES


MÉTHODES PROBABILISTES

MÉTHODOLOGIES
D'ÉCHANTILLONNAGE

MÉTHODES PROBABILISTES

Construction aléatoire de l’échantillon

Construction par stratification (construction aléatoire de l’échantillon)

INTÉRÊTS

MÉTHODES PROBABILISTES

Éviter le biais du choix subjectif par l’enquêteur de la personne interrogée

Représenter, à égalité de poids plusieurs sous segments de taille différente dans la population de référence pour comparer ces différents segments de manière fiable au niveau des résultats

DIFFICULTÉS

MÉTHODES PROBABILISTES

Nécessité de disposer d’une base exhaustive, à jour, de la cible à interroger

Échec de la méthode en cas de refus important de la cible interrogée

Disposer préalablement de statistiques descriptives de chaque strate

MÉTHODES NON PROBABILISTES

MÉTHODOLOGIES
D'ÉCHANTILLONNAGE

MÉTHODES NON PROBABILISTES

Méthodes des itinéraire (point de départ et itinéraire imposés à l’enquêteur)

Méthode des quotas (critères socio-démographiques connus et imposés aux enquêteurs)

INTÉRÊTS

MÉTHODES NON PROBABILISTES

Éviter le biais du choix subjectif par l’enquêteur de la personne interrogée

L’expérience a prouvé la fiabilité de cette méthode en termes de représentativité

DIFFICULTÉS

MÉTHODES NON PROBABILISTES

Non utilisable en ce qui concerne le corps médical

Nécessité de connaître la structure de la population à interroger (âge, sexe, habitat, CSP…)

Les méthodes non probabilistes n’ont pas de justification théorique mathématique. On utilise donc les tables de marge d’erreur des méthodes aléatoires, par simple analogie

devenez adhérent

Devenez adhérent de l’ASOCS et bénéficiez de l’accès total aux contenus du site : enquêtes et études , groupe de réflexion, recommandations et bonnes pratiques…

inscrivez-vous

Témoignages

Les membres de l’ASOCS s’engagent

• D’une part à respecter la charte déontologique et à se conformer à tout accord passé entre l’ASOCS et le CNOM
• D’autre part à suivre les règles de bonnes pratiques établies en accord avec INFOSTAT et l’UDA